CHARTE DE LA 10e ANNIVERSAIRE DU TRAITÉ D’AMITIÉ (2003-2013)

Gravura pe PLACHETE (2)
La Franc-Maçonnerie du Rite Ecossais Ancien et Accepté
LIBERTÉ-EGALITÉ-FRATERNITÉ
Le 12 décembre 2013, Or. Bucarest
CHARTE DE LA 10e ANNIVERSAIRE DU TRAITÉ D’AMITIÉ ET DE RECONNAISSANCE
ENTRE
LA GRANDE LOGE DE FRANCE
ET
LA GRANDE LOGE NATIONALE DE LA ROUMANIE (12 DÉCEMBRE 2003– 12 DÉCEMBRE 2013)

Bucarest, le 12 decémbre 2013

Comme un témoignage laissé aux générations futures, j’ai écris cette charte avec beaucoup de joie et de souvenirs de tout ce qui a été fait dans la Maçonnérie Universelle pour la première fois après la Revolution roumaine de 1989, entre la GRANDE LOGE DE FRANCE et LA GRANDE LOGE NATIONALE DE LA ROUMANIE.
Comme un bref historique des deux Obédiences Maçonniques, avant la signature du Traité d’Amitié et de Reconnaissance du 12 décembre 2003, je pense que c’est nécessaire de confirmer les faits suivants:
Le frère ecrivain Mihail Sadoveanu était le dernier Grand Maitre avant le règime communiste, fait indiqué dans les archives maçonniques originaux de cette époque là, qui se trouvent chez moi.
Après avoir entré en sommeil forcé de la maçonnerie roumaine à cause des communistes, beaucoup de frères roumains se sont dispersé partout dans le monde, pour échapper a l’oppression terrible du règime communiste.
La plupart des frères sont restés en Roumanie, où ils ont été identifiés comme des françmacons et puis ils ont été emprisonnés dans les camps de concentration, où très peux ont survécu. J’ai eu l’occasion de parler seulement avec peu d’entre eux.
Autres frères, moins nombreux, sont allés à l’ètranger, où ils avaient des amis où membres de famille, tandis que les autres, comme on dit simplement, se sont enfuis dans le monde.
En Roumanie, les familles des frères emprisonés s’entraidaient, mais très modeste, parce que leurs biens ont été confisqués et ils étaient au chômage, pendant qu’ils avaient des enfants à enlever, donc l’aide de la famille était la seule façon de survivre, en secret, pour éviter d’être emprisoné.
Les épouses de ces frères m’ont raconté comme elles faisaient de la couture ou comme elles travaillaient à la Croix Rouge ou comme des domestiques dans les maisons des riches, pour réussir ainsi à enlever les enfants orfelins.
Le barrage du Bicaz et nombreux autres constructions de l’ère communiste ont été enrobées avec les os des frères qui sont morts dans les prisons communistes, selon les témoignages qui m’ont été racontés par Nicu Filip, qui a été emprisonné à Zarca Aiudului, Dinu Rocco, Costica Barbulescu, Cercel Gheorghe et beaucoup d’autres frères maçons.
La France a accueilli la plupart des frères roumains, étant le pays le plus généreux, grâce aux frères de la Grande Loge de France et du Grand Orient de France.
Autres frères sont arrivés en Israel, où ils ont été reçus dans les Temples, d’ autres en Amèrique et d’autres rarement ailleurs dans le monde.
Après la Revolution de 1989, les frères roumains, réunis chez Nicu Filip, à sa maison de Bucarest, rue Radu de la Afumati, se sont embrassé comme des enfants et ont commencé à pleurer sur ses epaules, étant presque incroyants de pouvoir vivre de nouveau en liberté. “Mamita”, l’épouse de Nicu Filip, a fait des tabliers d’un linge de lit et c’est ainsi que les frères ont fait la première tenue maçonnique pendant qu’il y avait encore des bruits des armes de feu dans les rues de Bucarest en décembre 1989.
Le 24 janvier 1993 a eu lieu une cérémonie maçonnique fastueuse à la Maison Vernescu, Bucarest , dans la Salle des Miroirs, ou le Grand Maitre du Grand Orient d’Italie, Il. Fr. Giuliano di Bernardi, l’a installé, consacré et investit comme premier Grand Maitre après l’annee 1989, Il. Fr. Nicu Filip, en lui donnant tous les pouvoirs et toutes les prérogatives maçonniques, le Brévet, les Décrets, les Édits Maconniques, le Grand Régistre, l’Epée Maçonnique, le Marteau Maçonnique et la Lumiére Maçonnique.
On doit noter que, initialement, ceux qui ont commencé les discussions pour cette cérémonie constitutionnelle, étaient les frères de la Grande Loge Nationale de la Yougoslavie, mais pour quelques raisons différentes que celles initiatiques, qui ont généré une situation particulière, les frères italiens sont ceux qui ont organisé cette première cérémonie au Convent Maçonnique. (Les détails des bouleversements de cette période seront présentés autre fois). Après cet événement, il y avait une période de développement de la franc-maçonnerie en Roumanie. Apres 45 annèes de communisme, le désir de beaucoup de gens libres et de bonnes moeurs était d’entrer dans les loges maçonniques, mais on doit préciser une chose: dans l’avalanche d’initiatons sont entrés beaucoup de frères qui voulaient seulement faire des affaires, ou tout simplement désireux de cacher leur passsé qui n’était pas très honorable, des gens qui ne pouvaient pas comprendre la franc-maçonnerie.
C’est ainsi qu’il y avait une période de troubles internes, ce qui bien sûr a conduit à la fragmentation et à l’emmergence de nouvelles obédiences maçonniques.
Le 13-14 avril 2002 à Brasov, ont été crées La Grande Loge Nationale de la Roumanie et la GRANDE LOGE NATIONALE DE LA ROUMANIE–Loge de Ritualistique Comparée et Recherche Maçonnique . A cette occasion, le Premier Grand Maître après 1989, Il. Fr. Nicu Filip, a dénoncé la corruption dans la maçonnerie en solidarité avec les institutions de l’Etat qui ont déclaré la lutte contre la corruption et le terrorisme.
Ensuite, Il. Fr. Nicu Fillip m’a installé, investi et consacré comme Grand Maître, en me donnant par transfert, tous les pouvoirs et toutes les prérogatives maçonniques, le Brévet, les Décrets, les Édits Maçonniques, le Grand Registre Maçonnique, l’Epée Maçonnique, le Marteau Maçonnique et la Lumière Maçonnique, pour porter la flamme a l’avenir.
La Grande Loge Nationale de la Roumanie (MLNAR) a commencé à se développer selon le Règlement Maçonnique Général, fait qui a supprimé toutes les irrégularités qui existaient jusqu’alors dans la Grande Loge Nationale Roumaine (MLNR), ou j’ai éte le premier Maître Vénérable de la respectable Loge Athénaeum et le Trésorier Adjoint au niveau national dans le Grand Conseil.
La GRANDE LOGE NATIONALE DE LA ROUMANIE–Loge de Ritualistique Comparée et Recherche Maçonnique a travaillé seulement par quelques loges, avec des préoccupations de la récuperation et la recherche des archives maçonniques, la création d’un musée et des collaborations avec différents rites maçonniques et des centres de recherches maçonniques en Roumanie et a l’étranger.
Aujourd’hui, la GRANDE LOGE NATIONALE DE LA ROUMANIE–Loge de Ritualistique Comparée et Recherche Maçonnique qui est gérée par moi, a été réorganisée et maintenant elle poursuit les travaux maçonniques réguliers et traditonnels, conformément aux cinq critères universellement acceptés:
1) L’invocation du Grand Architecte de l’Univers, la croyance en sa volonté révélée et en l’immortalite de l’âme;
2) Le serment sur les trois grandes lumières maçonniques: le Volume de la Loi Sacrée exposé et ouvert a l’Evangile de Saint Jean avec l’Equerre et le Compas ;
3) L’ interdiction de discussions politiques ;
4) L’interdiction de discussions religieuses ;
5) L’interdiction d’initier des femmes ;
Le 12 décembre 2003, j’ai signé pour la première fois après 1989 et après 45 années de communisme, le Traité d’Amitié et de Reconnaissance avec la Grande Loge de France, avec l’Il. Fr. Yves-Max Viton, l’ancien Grand Maître. Cette Loge est l’endroit où plusieurs macons roumains ont continué leurs travaux de formation individuelle et collective, grâce à la bonne volonté des frères français. De cette façon nous avons refait la normalité de nos bonnes relations, comme un acte de réparation morale et gratitude totale envers les frères francais qui nous ont accueilli dans leurs Temples avec beaucoup d’amour, pendant 45 années d’oppression communiste.
Jusqu’à presént, j’ai connu beaucoup de frères de la Grande Loge de France, de qui j’ai appris plusieures choses importantes concernant la vraie maconnerie.
J’ai vêcu beaucoup de moments agréables et inoubliables à d’innombrables convents maçonniques, réunions maçonniques, tenues maçonniques à Paris, Montpellier, Lyon etc.
J’ai participé à nombreuses Conférences Maçonniques, on pourrait dire des véritables expéditions maçonniques, au Gabon, Sao Paolo, Bruxelles, Lisbonne, Grèce, Espagne, la République de Moldavie, Bulgarie, Serbie etc.
Je tiens à remercier les premiers macons de la Grande Loge de France, que j’ai rencontré quand ils sont venus en Roumanie et quand ils nous ont choisi pour commencer la collaboration maçonnique: le passé Grand Maître de la Grande Loge de France, Il. Fr. Jean-Claude Bousquet, Président G.L.U.D.E., Il. Fr. Charles Jameaux, Grand Secrétaire.
Puis j’ai rencontré le Grand Maître Yves-Max Viton, le Grand Chancelier Antoine de Just Pellicier, le frère roumain Il. Fr. Michel Segall et puis beaucoup d’autres frères, Grands Maîtres, Vénérables, Maîtres, membres du Conseil Fédéral de la Grande Loge de France, du Suprême Conseil de France. J’ai connu aussi le Très Puissant Commandant Il. Fr. Huber Greven, qui m’a initié au 33e degree, le 10 mai 2006 et l’Il. Fr. Michael Basuyaux, Grand Chancellier du Suprême Conseil de France. Lors de leurs réunions, j’ai rencontré d’autres Grands Maitres du monde entier, dont la France avait signé des traités d’amitié et de reconnaissance mutuelle. C’est ainsi qu’on m’a aidé de signer moi-même des traités d’amitié sur tous les continents et puis avec l’Il. Fr. Bernard Bertry, ancient Grand Maitre de la Grande Loge Symbolique et Traditionnelle l’Opéra de France, ancient Président G.L.U.D.E.
C’était un moment essentiel, lorsque nous avons signé la Grande Charte Maçonnique Blanche et le Traité d’adherénce a G.L.U.D.E. C’est ainsi que notre Grande Loge este devenue membre de la plus importante Confédération Maçonnique Européenne, que nous avons accueillic à Bucarest pendant le travail du Conseil de Coordination. J’éspère que tous notres invités se sentaient bien et qu’ils ont appris de nouvelles choses sur la Roumanie.
J’ai initié avec le frère roumain Il. Fr. Adrian Mac Liman le projet pour la constitution du Suprême Conseil Roumain. Le frère Adrian Mac Liman avait parlé déjà de ce projet avec l’Il. Fr. Michel Basuyaux, le Grand Chancellier du Suprême Conseil de France, fait qui m’a rempli de joie et de gratitude. Ce que les deux ne savaient pas, c’était le fait que j’ai rencontré plusieurs fois le frère Bernard Bertry et d’autres frères de la Grande Loge Traditionnelle Symbolique l’Opéra pour ouvrir le Rite Ecossais Rectifié et qu’ils m’avaient déjà donné les rituels et un ensemble des tabliers du 1er, 2e et 3e degrée. J’ai considere que c’était mieux de continuer la tradition pour recevoir la Lumière du Suprême Conseil de la Grande Loge de France.
En 2005, par la création du Centre Régional d’Etudes Franc-Maçonniques Paris Bucarest , que je dirige au présent, j’ai édité en roumain et français, la première revue maconnique intitulée “Parole Maçonnique”. Ensuite, le Centre est devenu membre de l’Association des Musées, Bibliothèques et Archives Maçonniques Européennes (A.M.M.L.A.) à Bruxelles, dont le président actuel est l’Il Fr. François Rognon, le Directeur des Archives, du Musée et de la Bibliothèque Maçonnique de la Grande Loge de France.
En 2006 A.M.M.L.A. a été accueillie par moi a Bucarest. En collaboration avec Il. Fr. Mircea Deaca, le Grand Maître du Grand Orient de Roumanie, nous avons organisé pour la première fois une exposition maçonnique à l’Académie Roumaine et une autre au Musée National d’Histoire de la Roumanie. A cette occasion, on a montré pour la première fois des documents et des objets maçonniques inédits sur l’histoire de la maçonnerie roumaine depuis son début.
Il y a beaucoup de choses à raconter et je tiens à conclure que la maçonnerie française, par la Grande Loge de France, m’a offert des occasions multiples pour changer mon point de vue sur les gens et la vie. J’ai compris que la modestie, la douceur et l’amour sont nécessaires pour être proche de la vérité et la lumière et que la Liberté, l’Egalité et la Fraternité sont exactement les trois grands principes fondamenteaux, universellement acceptés, gravés en lettre d’or sur le frontispice du Temple maçonnique, sur lequel s’appuie toute la creation du Grand Architecte de l’Univers.
Je souhaite et je vous assure que toute ma vie je serai fidèle à la Grande Loge de France, au Suprême Conseil de France , à GRANDE LOGE NATIONALE DE LA ROUMANIE–Loge de Ritualistique Comparée et Recherche Maçonnique, à mes frères et mes amis et que je ne vais jamais vous décevoir.
Le temps va faire ressortir la Vérité et peu importe quels troubles viendront, je resterai JUSTE, TOUT DROIT et J’AIMERAI MES FRÉRES POUR TOUJOURS, À LA GLOIRE DU GRAND ARCHITECTE DE L’UNIVERS.
J’éspère que les pensées ci-dessus, écrites sur cette feuille de papier qui est un DOCUMENT HISTORIQUE, ainsi que la plaque commémorative honorant le 10e anniversaire de la signature du Traité d’Amitié et de Reconnaissance Mutuelle entre la Grande Loge de France, l’ancien Grand Maître Yves-Max Viton et la Grande Loge Nationale de la Roumanie, Grand Maître Viorel Danacu, soient une preuve de la Sagesse, la Beauté et la Puissance, maintenant et a l’avenir, pour nous tous.
JOYEUX ANNIVERSAIRE !
J’ai dit.

Dr. Viorel Danacu 33
GRAND MAÎTRE
GRANDE LOGE NATIONALE DE LA ROUMANIE–
Loge de Ritualistique Comparée et Recherche Maçonnique
(2002 – Presént)
PRÉSIDENT
Le Centre Régional d’Etudes Franc-Maçonniques Paris Bucarest
(2005 – Présent)
Premier Grand Maître Fondateur de la
Grande Loge Nationale de la Roumanie -MLNAR- (2002 – 2010)